LE MOULIN

Le site du moulin au centre du plan : la dérivation permettant de faire fonctionner ce moulin est bien dessinée sur ce plan.

Extrait du cadastre de Draize de 1835. (Archives départementales des Ardennes)

 

Il est situé sur la Draize, rivière de 17,6 km qui prend sa source en forêt de Signy l'Abbaye.

En plus de celui de Draize, elle a fait tourner les moulins du Bois Martin à Montmeillant (forge), de Croanne, des Deux-Fontaines à Wasigny, d'Herbigny (détruit au début du 19ème siècle).

Histoire du moulin

D’après les informations recueillies le 16 août 2003 auprès de Mme Suzanne Canon, fille du dernier meunier, Fernand Miser

 

Détruit par un incendie vers 1850, il fut entièrement reconstruit.

Il a tourné jusqu'en 1940.

Fernand Miser, le dernier meunier, est décédé en 1951. La bluterie est partie à la ferraille. Le bief fut rebouché dans les années 1970.

La famille Miser, originaire de Giraumont, l'avait acquis en 1902, après l'avoir loué pendant un an.

Jules Miser apprit le métier de meunier avec le garde-moulin, Henri Dela, de Signy. Quant à son fils Fernand, il fut envoyé en apprentissage au moulin Charbonneaux à Justine, l'un des plus importants et des plus modernes de la région.

Autour du moulin, une petite ferme d'environ 10 hectares. De toute façon, les terres appartenaient au meunier jusqu'au déversoir (environ 500 m) pour plus de commodité.

 

La production du moulin dans la 1ère moitié du 20ème siècle

Il fournissait les deux boulangeries de Rocquigny, Bestel et Guillaume, celle de La Romagne, Modeste, d'Hannogne, Mala, de Saint-Fergeux, Henriet, de Fraillicourt, Sené, de Chaumont-Porcien, Damanet, et jusqu'à Dizy-le-Gros...

Le camion qui livrait la farine aux boulangers ramenait du blé acheté auprès des cultivateurs.

 

Dans les dernières années (à partir de 1935), on y faisait beaucoup de mouture. On mélangeait de l'orge, de l'avoine, du riz paddy (non décortiqué), du manioc, qui arrivaient en gare de Draize et le tout était mouliné pour les cochons qu'on élevait en assez grande quantité du côté de Saint-Jean, Maranwez, traditionnelle région d'herbage, donc d'élevage bovin. Avec le petit lait, résidu de la fabrication du beurre, on nourrissait les cochons.

 

Force motrice

Le moulin a très tôt été équipé d'une dynamo, qui lui permettait de fournir son électricité. Alors que Draize n'était pas encore électrifié, le moulin restait allumé toute la nuit !!!

En cas de basses eaux, un moteur, qui fonctionnait à l'anthracite,  permettait au moulin de tourner.

Jules Miser avait fait l'acquisition d'un cheval de trot, qu'il attelait pour se rendre rapidement à Rethel.